logo

Abderrahim Trifis

Né en 1974 dans la région de Chichaoua et peintre autodidacte, Abderrahim Trifis s’est créé un univers proprement métamorphique. Y est représenté un ensemble de motifs et de figures sortis tout droit, dirait-on, de son imagination, dont la polyphonie de la couleur et l’étrangeté des formes rappellent à s’y méprendre l’art amérindien, l’art mystique des sectes religieuses, les vieilles légendes du terroir. Une véritable féerie règne dans les œuvres. L’artiste conceptualise un espace mythique, qu’il meuble de colorisations coruscantes, d’un poli de porcelaine, de récits lyriques codés, avec une tendance à l’ornementation. La technique du relief, à base de la poudre de sciure solidifiée, le recours à la résine vernissée, le tout appliqué sur peau ou sur bois, donne à la composition une massivité de bon aloi. Trifis agit comme un graveur ou un marqueteur soucieux de fixer une fois pour toutes, en le faisant revivre, un héritage iconographique représenté à grands flots de réminiscences et de visions oniriques mêlées. Héritage de traditions perdues, d’histoires séculaires sur lesquelles l’artiste n’hésite pas d’anticiper et qui débouchent sur cette folle sarabande des formes et cette exubérance chromatique comme étant la seule synthèse possible. Sirènes, légendes de saints, inspirations tapissières tant soit peu surréalisantes, clins d‘œil aux cérémonies rituelles chantantes et dansantes (les Aïssaouas, Regragas), floraties hybrides, surnaturelles, bestiaire et objets d’usage fantasmés à souhait, symboles/ornements, tout baigne dans une atmosphère magique. Si on y ajoute, individuées, les formes sculptées de l’artiste, à la picturalité orphique et aux touches qui tintent… Abdrrahim Trifis possède un langage plastique polyvalent, dont certains aspects peuvent paraître à première vue ambigus, n’était cette euphorie tonale qui donne à la composition une apparence de jeu mystérieux, et rassure sur l’esthétique d’un talent avéré. Abderrahim Trifis s’est créé sa ou ses propre (s) mythologie (s), dont le discours nous concilie avec nos racines.
2006 Essaouira – galerie d’art Fréderic Damgaard 2008 Essaouira-alliance franco-marocaine d’Essaouira 2009 Casablanca-Foire internationale de l’art 2010 France-Galerie Africaine 2010 Essaouira-Alliance franco-marocaine d’Essaouira ,première prix 2011 Casablanca-Foire internationale de l’art 2011 Essaouira -Alliance franco-marocaine d’Essaouira, première prix 2012 Rabat- galerie Fan Dok 2012 Casablanca-Exposition au Loft art gallery 2013 Casablanca-Salon national d’art contemporain 2013 Marrakech- « Fadae Ennas » 2013 Casablanca-La villa Val d’Anfa du crédit du Maroc 2014 Rabat- Galerie Fan Dok 2015 Marrakech – Hiveranage art galerie 2015 Marrakech-Salon national d’art contemporain 2016 Casablanca-« Faddae ennas » 2016 Casablanca – Médiathéque de la Fondation Hassan II 2017 Casablanca – « Peinture ethnologique d’Essaouira » B&S Art Gallery