logo

Mohamed Tabal

Artiste autodidacte né en 1959 dans la région d’Essaouira (El Hanchan), Mohamed Tabal est le premier créateur à avoir investi, picturalement, l’univers mystique de la secte ganouie, en adoptant vis-à-vis du support une attitude d’homme « possédé », en pleine transe. Tout spectaculaire qu’il soit, ce comportement gestuel rythmé sur de la musique et des chants rituels atteste d’une sensibilité aiguë ; il est destiné à pénétrer les arcanes fantasmatiques des « Mlouks » aux sept couleurs (ou esprits), sans distinction manichéenne entre le bien et le mal. Cela finit généralement dans l’extase comme étape mystique suprême. L’originalité de l’inspiration et l’esthétique de l’artiste ont concouru à libérer l’expression artistique de ses dénominations normatives et de ses classifications théoriques, pour donner sur une autre forme de sublimation, proche de l’art brut. L’acte pictural se veut ici un acte de régénération et de purification. Cependant, si la palette de Mohamed Tabal s’alimente essentiellement aux sources de la mystique gnaouie, elle n’en révèle pas moins d’autres centres d’intérêt tout aussi symboliques qu’accessoirisés, à savoir la focalisation sur le mode vestimentaire des personnages à des fins descriptives, la mise en valeur des programmes d’usage relatifs aux cérémonies organisées, tels les rites de passages, d’initiation, de célébration ; la focalisation sur les instruments d’accompagnement, la concordance des formes par rapport à la réalité factuelle qui n’est ici que suggérée. Tout spontané donc que soit Tabal dans sa volonté de s’exprimer, sa transe chromatique le mène à faire corps avec la matière peinte, comprise comme une alchimie de la réincarnation. L’artiste ne s’attache guère à la superficialité de la couleur comme matériau mais à l’esprit ritualisé et anticipatif qui l’habite, dont il tire, à coups de retouches, des harmonies inédites et une vitalité mystérieuse. Les oeuvres de Tabal versent dans ce qu’on appelle généralement l’ethno-peinture : couleurs devenues repères psychologiques, absence de perspective qui se traduit (quand il ne s’agit pas de portraits), par une lecture transversale de la réalité (toujours suggérée), fréquence des aplats qui rappellent le procédé naïf… C’est une picturalité profondément affective, en ébullition, et qui dimensionne autrement les tensions réelles de l’acte créatif. Les œuvres sculptées de l’artiste relèvent du même registre. Elles se centrent sur les personnages ganouis pris souvent en pied et en plein rythme de danse, avec leur drapé uniforme, attestant d’un pittoresque local idoine. De différentes dimensions, ces sculptures en bois ou faites d’amalgames de matières adhésives, prouvent que l’art pictural de Tabal est ouvert à d’autres médiums formels, tout en restant égal à lui-même. Frédéric Damgaard, premier galeriste installé à Essaouira à l’avoir soutenu, a toujours vu en lui, par métaphore, le sourcier marocain du néo-primitivisme.
1989 Essaouira-Galerie d’art Frederic Damgaard 1990 Marrakech-Galerie nationale Bab Doukkala 1990 Agadir-Hotel Europa Safir 1990 Essaouira-Galerie d’art Frédéric Damgaard 1991 Casablanca-Complex culturel d’Anfa 1992 Allemagne-Château Babstadt, Galerie Steiner 1992 France-Nice, Galerie Renoir 1993 France-Nice, Musée International d’art 1993 Essaouira-Galerie d’art Frederic Damgaard 1993 Danemark-Copenhague, festival « Image of Africa » 1993 Allemagne-Wuppertal, Musée de Wuppertal 1993 Allemagne-Landau, Villa Streccius 1994 Essaouira- Galerie d’art Frederic Damgaard 1994 Suisse-Morges, gagnant de la coupe d’Or, prix d’Europe au 23 ème concours internatio-nal de la peinture primitive moderne 1995 Rabat-Galerie National Bab Rouah 1995 Rabat-Galerie National Bab El Kebir les Oudayas 1996 Casablanca-Centre Culturel de Sidi Belyout 1996 Casablanca-Galerie Bassamat 1996 Suisse-Morges-séléctionné au 25 éme concours international Pro Arte Kasper 1997 Essaouira-Galerie d’art Frederic Damgaard 1997 Asilah-Galerie Aplanos 1997 Belgique-Anvers, Musée Royal des Beaux Arts 1998 Essaouira-Premier Festival de la Culture Gnaoua 1998 Portugal-Lisbonne, Exposition Universelle, Pavillon du Maroc 2012 France-Galerie Linz, Paris 2012 Essaouira-Alliance Franco-Marocaine, 1ére prix-festival Gnaoua d’Essaouira 2012 Casablanca-Exposition collective au Loft Art Gallery 2012 Tanger-Galerie Conil 2013 Marrakech-Salon National d’Art Contemporain « Fadae Ennass » 2013 Casablanca -villa Val d’Anfa du crédit du Maroc 2013 Rabat- Galerie Fan Dok 2014 Italie-Galerie Sardaigne 2014 Tanger- Galerie De La Croix 2014 Pays-Bas –World Art house 2014 Marrakech – Salon National d’Art Contemporain 2014 Rabat – Musée Mohamed VI d’Art Moderne et Contemporain 2014 Espagne – Mallorca, Musée sa Bassa Blanca 2016 Casablanca -la Médiathèque de la Fondation Mosquée Hassan II 2016 Marrakech – Musée d’art Contemporain Africain Al Maaden 2017 Casablanca- « Peinture ethnologique d’Essaouira » B&S Art gallery